Charles Fournel — En l’an 3000 (1859)

Categories Les textes courts d’ArchéoSF

Charles Fournel,

« En l’an 3000 »,

in  Les Folles Images. Caricatures,

Éditions P. Houin, 1859

 

EN L’AN 3000

De l’ombre des forêts deux hommes sortent nus ;
Un vieillard et son fils ; ils trouvent une route,
Pleine d’une herbe haute où le bœuf dort et broute :
Pour eux, elle menait à des lieux inconnus.

Nos aïeux étaient forts ! plus grands que nous ne sommes !
Voilà, dit le vieillard, la route des géants !
Cette route conduit vers des gouffres béants,
Par là, sous les grands monts creusés par ces grands hommes !

Ils ont percé les monts et comblé les vallons ;
Ils avaient de grands chars qui parcouraient la terre ;
Que cherchaient-ils pourtant ? C’est encore un mystère !
Sans cesse ils s’agitaient, disant toujours : Allons !

Hardis, ils traversaient les mers comme des fleuves ;
Ils savaient tout, et rien n’étonnait plus leurs yeux ;
Leurs trésors s’égalaient aux étoiles des deux ;
Leurs villes rayonnaient en splendeurs toujours neuves.

Ils ne reposaient point. Leur esprit et leurs mains
Cherchaient et travaillaient nuit et jour, sans relâche !
Méprisant la fatigue, ils appelaient un lâche
Celui qui s’asseyait sur le bord des chemins.

Ils répétaient au faible : ô toi qui désespères,
Certes, les temps viendront ; cherchons, nous trouverons !
Ils disaient aux plus forts : Tous à l’œuvre ! Espérons !
— Je te dis ce qu’ont dit les pères à nos pères.

Mais que voulaient-ils donc ? Car les temps sont venus !
Ces races ont passé comme l’eau des ravines ;
Et leurs fils, au milieu des immenses ruines,
Aujourd’hui, dans les bois, vivent pauvres et nus !

 

Roxane Lecomte
Plus connue sur la toile sous le nom de La Dame au Chapal, co-fondatrice du studio ebook Chapal&Panoz, arrivée chez Publie.net fin 2011, est responsable de la fabrication papier et numérique, du graphisme et des sites, est passionnée de littérature populaire et d'albums jeunesse, est en perpétuelle vadrouille, et ne cesse de répéter aux guerriers du papier et du numérique : « Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse ». On la retrouve sur son site.

Un commentaire sur “Charles Fournel — En l’an 3000 (1859)

Laisser un commentaire