Hier soir, lorsque j’entrai dans le laboratoire de mon très illustre ami, le merveilleux astronome Gallas Merrickh, je fus frappé, dès le seuil, de la tristesse de son visage et de l’accablement de son attitude. J’eus immédiatement la certitude qu’un malheur irréparable lui était arrivé. Or, j’aime Merrickh autant que je l’admire. Ce vieillard de soixante-dix ans est l’homme le plus complet que j’aie jamais approché ; malgré sa science, ses incursions journalières en plein ciel, il ne s’est pas désintéressé des souffrances de la terre ;Continuer la lecture « Autre planète | Maurice Montégut (1899) »

Comment le Monde finira M. Newcomb, professeur d’astronomie, vient de développer dans la revue américaine « McClure’s Magazine » de New-York, une hypothèse très fantaisiste, mais à base scientifique, sur la fin du monde, c’est-à-dire sur les phénomènes qui peuvent amener la destruction de notre globe. Ce récit dramatique a provoqué de l’autre côté de l’Atlantique une vive sensation, ce qui nous engage à en reproduire le résumé que publie « Mon Dimanche » sous la signature de M. Michel Delines. Siècle après siècle ont passé et l’humanité vientContinuer la lecture « Comment le monde finira (1903) »

SOUVENIRS POLITIQUES ET LITTÉRAIRES D’UNE VIEILLE FEMME VOYAGE AUX RUINES DE PARIS EN L’AN 3870 L’Empereur Napoléon Ier a dit que dans cent ans la France serait républicaine ou cosaque. J’ai voulu que mes pauvres yeux allassent plus loin qu’un siècle. J’ai désiré savoir ce que serait la France quand les temps chrétiens auraient doublé de valeur et d’étendue. J’ai fait appeler, non un magnétiseur qui révèle le passé, non un physiologiste qui indique le présent, mais un sorcier de profession qui annonce l’avenir. IlContinuer la lecture « Voyage aux ruines de Paris en l’an 3870 | Baronne Jenny d’Erdeck, 1870 »

Il sera difficile d’identifier l’auteur d’un texte d’anticipation paru sous le titre « Montélimar en l’an 2000 » dans Le Journal de Montélimar et de la Drôme le 1er janvier 1921. Il s’inscrit dans la tradition des Futurs de province décrits dans la presse régionale. Fantaisie montilienne Montélimar en l’an 2000 – C’est singulier, me dis-je, je ne reconnais plus Montélimar ! Je me trouvais dans un état bizarre dont je ne parvenais pas à discerner la nature. Ce qui était certain, c’est que je ne reconnais pasContinuer la lecture « Fantaisie montilienne — Montélimar en l’an 2000 (1921) »

LA FIN DU MONDE Nouvelle posthistorique Caressant sa longue barbe blanche, le non-Dieu regardait la Terre : il souriait. C’était en l’an 3000. Les hommes étaient heureux. Plus de frontière ; partant, plus de guerre, plus de service militaire : le monde entier ne formait plus qu’une vaste République universelle. Plus d’églises, plus de curés ; partant, plus de haines religieuses. Tous les humains adoraient Dieu, mais simplement, directement, sans culte extérieur. Les maladies étaient devenues fort rares, car dès leur naissance les enfants des hommes étaient prémunis contreContinuer la lecture « La Fin du monde | Jean de Polane »

En l’an 2019, lors de la grande guerre qui, pour la n plus unième fois, ensanglanta l’Europe, quatre hommes se tenaient assis autour d’une table basse, dans une salle embrumée par la fumée du tabac, et jouaient confortablement à la manille. C’étaient quatre membre de la Société des Nations, réquisitionnés par celle-ci pour faire partie de l’armée internationale chargée de châtier le peuple de l’Europe centrale déclaré en état de rébellion ouverte. Depuis plusieurs années, ces hommes vivaient sous terre, transportés d’abris bétonnés à abrisContinuer la lecture « Controverse - Alcide (1919) »

Mesdames, messieurs, chers amis, En ce pâle jour de décembre de l’an de grâce 2000, vous m’avez présenté tant de témoignages d’une touchante sympathie, à l’occasion de mon quatre-vingt-dixième anniversaire, que je ne sais comment vous en exprimer ma gratitude. Permettez-moi d’oublier pour quelques instants mon âge avancé, et de me rajeunir devant vous d’un demi-siècle en évoquant des souvenirs de ma quarantième année, non pas des souvenirs qui me concernent personnellement, mais de ce qui s’est passé dans le monde à ce moment-là deContinuer la lecture « Au bon vieux temps — André Langie (1929) »

Lors de mon dernier voyage dans l’Alaska, je fus accueilli à merveille par une délégation de la Ligue pour l’Eugénisme, dont la présidente était précisément une belle jeune fille, miss Ole, qui me dit aussitôt : « Ne croyez pas que notre ligue se borne à l’amélioration de la race humaine. Nous voulons également développer l’individu après sa naissance et lui donner, pour ainsi dire, des perfections physiques viagères. C’est pourquoi nous avons l’intention de donner un grand développement à cette science médicale nouvelle que l’on nommeContinuer la lecture « Chirurgie esthétique — Guillaume Apollinaire (1918) »

Ne privons point nos lecteurs en particulier et l’humanité en général de la curieuse communication suivante que m’adresse un des plus éminents chimistes français : « Cher ami, « Il n’est certes pas dénué d’intérêt le récit que vous fîtes récemment de cette pauvre belle-mère mourant de frayeur au terrifiant spectacle d’un lion empaillé duquel, soudain, les yeux lancent des éclairs et la gueule de fauves rugissements. « Moi qui vous parle, ou plutôt qui vous écris, j’ai obtenu voilà plus de vingt ans (il y a prescription) leContinuer la lecture « Scientia liberatrix, ou la Belle-mère explosible, Alphonse Allais (1899) »

Emmitouflés d’épaisses fourrures, depuis la plante des pieds jusqu’au sommet du crâne, Ottar Wallens, le géologue, et Olaf Densmold, l’astronome, avançaient lentement sur le champ de glace. Devant eux, à une cinquantaine de mètres, le traîneau conduit par Kobyak, un Indien de l’Alaska, glissait sur la plaine blanche. Et puis, c’était le néant : neige gelée, blocs de glace, ciel gris, sans reflet. Pas un souffle d’air, mais une température de 28 degrés au-dessous de zéro. Les trois hommes – le géologue, l’astronome et l’Indien –Continuer la lecture « Le messager de la planète, José Moselli (1925) »