Quand Charles IX rencontre Gaston Doumergue… (1928)

Categories Les textes courts d’ArchéoSF

 

Quand les historiens du futur mélangent allègrement les époques, cela donne ce petit texte humoristique, publié dans L’Ouest Eclair le 2 novembre 1928, mettant en scène la rencontre entre Charles IX (roi de France de 1560 à 1574) et Gaston Doumergue (président de la République de 1924 à 1931)

Sourires

En ce temps-Ià, par une magnifique journée de juillet, Charles IX, roi de France, et sa mère, Catherine de Médicis, reçurent S.M. Gastounet (premier et dernier de sa dynastie puisqu’il était célibataire) sous les murs de la cité de Carcassonne…
Des fêtes fort brillantes avaient été organisées à cette occasion : les tournois au son des trompettes succédaient aux cours d’amour et les jeux du mail, de la bague, du plumet et du dard réjouissaient les populations. Des milliers et des milliers de gentilshommes bottés de daim, coiffés de feutres à plumes et montés sur de fringants palefrois acclamèrent Gastounet Ier
À vrai dire, ce dernier les étonna par ses manières bizarres et sa tenue extravagante… Ce souverain qui descendait des bords fleuris de la Seine portait en effet des chausses larges et flottantes appelées « pantalons » ; en guise de pourpoint il arborait un vêtement noir, tout à fait curieux : une sorte de robe échancrée sur le devant et qualifiée de « redingote »… Sur sa tête s’élevait un cylindre désigné sous le nom de « gibus » par les barbares de son pays…
Néanmoins, le succès de ce monarque fut grand auprès des Carcassonnais… Charles IX et Catherine furent conquis, dit-on, par le sourire légendaire de Gastounet, d’autant que l’illustre visiteur arriva dans la ville pavoisée sur un monstre de fer actionné par 60 chevaux invisibles… On remarquait parmi les gens de sa suite, le prince Sarraut, de Toulouse, et le comte Tardieu, de Belfort ; le premier de ces nobles seigneurs, dirigeait sa police, le second s’occupait des transports et des travaux plus ou moins publics…
Les adieux qui terminèrent les fêtes splendides de Carcassonne et qui scellèrent l’amitié des gens du Nord et du Midi furent émouvants… Gastounet Ier, pour remercier ses hôtes, offrit à Catherine de Médicis un appareil de T.S.F. et à Charles IX un cinématographe complet… Il se repentit plus tard du choix de ces cadeaux… Car la T.S.F. servit à transmettre les ordres du massacre et le ciné à filmer tous les épisodes de la Saint-Barthélémy…
Précisions que les lignes qui précèdent ont été découvertes en l’an 3000 de l’ère chrétienne, par un archiviste-paléographe, professeur au Collège de France, qui se déclare d’ailleurs incapable de fixer la date de la rencontre mémorable contée ci-dessus…
Il hésite entre 1565 et 1928 !!!

Le Petit Grégoire

À lire :
Albert Robida, Jadis chez Aujourd’hui
Source Image : Saint-Barthélémy et Gaston Doumergue

Roxane Lecomte
Plus connue sur la toile sous le nom de La Dame au Chapal, co-fondatrice du studio ebook Chapal&Panoz, arrivée chez Publie.net fin 2011, est responsable de la fabrication papier et numérique, du graphisme et des sites, est passionnée de littérature populaire et d'albums jeunesse, est en perpétuelle vadrouille, et ne cesse de répéter aux guerriers du papier et du numérique : « Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse ». On la retrouve sur son site.

Laisser un commentaire