Pierre Véron — Une consultation médicale en l’an 2000, (1882)

Categories Les textes courts d’ArchéoSF

 

Pierre Véron
Une consultation médicale en l’an 2000

in Le Monde Illustré
23 septembre 1882

 

Encore ne sommes-nous qu’au début des expériences et des audaces de ce genre. Ils en verront bien d’autres, nos arrière-neveux !
Je me figure assister à une consultation aux abords de l’an 2000.
— Docteur, je viens vous consulter pour un malaise.
— Quel genre de malaise ?
— Docteur, j’ai une douleur aiguë qui me prend là du côté droit.
— Ah ! Est-ce ici ?
— Ici et plus haut. Plus bas aussi.
— Cela manque de précision. Toussez-vous ?
— Quelquefois.
— Digérez-vous bien ?
— Pas toujours.
— C’est peut-être le foie. À moins que ce ne soit le poumon. À moins que ce ne soit… Du reste, il est bien inutile de perdre notre temps à chercher ; nous allons bien voir. Couchez-vous là-dessus, que je vous ouvre.
— Que vous m’ouvriez !
— Naturellement. Comment voulez-vous que je me renseigne sans cela ? En auscultant ou en percutant, comme ces pauvres ânes du dernier siècle ?
Ah ! ils en ont entassé des bévues, les unes sur les autres, alors qu’il est si simple de voir par ses yeux ! Allons, étendez-vous ! Nous allons commencer par le foie.
— Mais, docteur…
— Vous ne sentirez rien, et vous suivrez toutes les phases de l’opération, grâce à notre nouveau procédé d’insensibilisation locale. Tenez, regardez.
Une, deux, le voilà, votre foie. Vous voyez bien ; il n’a rien du tout. Nous allons le recaser.
— Mais comment tiendra-t-il ?
— Il nous suffit de rejoindre les deux côtés de l’incision avec cette nouvelle composition qu’on appelle le ciment humain. C’est magnifique ! Ces Américains font tout de même des trouvailles étonnantes ! Je passe au poumon. Vous n’avez pas envie de prendre quelque chose auparavant ? Ne vous gênez pas, cela n’entrave en rien l’opération. J’ai là des biscuits et du rhum. Vous pouvez manger et boire, du moment où je ne touche pas à l’estomac pour l’instant. Le voilà, votre poumon. Il n’est pas vilain ! Attendez une minute, que j’aille chercher une loupe. Allons, voyons, prenez-le donc dans votre main. Seulement, ne le laissez pas tomber. Je suis à vous.
— Mais, docteur…
— Pas d’enfantillage, n’est-ce pas ? Ma loupe est dans cette armoire ; tenez, je l’ai. Rendez-moi votre poumon. C’est qu’il n’est pas vilain du tout ! Il n’a même rien absolument. Ce n’est pas encore là la cause de votre douleur. Nous allons le replacer.
Tiens ! une idée. Si ça venait des reins ? Ce n’est pas probable, mais enfin, pour ce que ça nous coûte pendant que nous y sommes. Insensibilisons ces petits reins tout de suite. Là. Et quand on pense qu’autrefois chirurgie et médecine faisaient deux. Ah ! quels crétins que nos prédécesseurs !
Et la consultation continuera sur ce ton folâtre.
Et le malade, dépecé, désarticulé, finira par rentrer recollé de fond en comble en son domicile, où il dira à son épouse :
— Ah! ma chère, si tu avais vu quels jolis poumons j’ai ! C’est rose, c’est charmant, c’est…

 

Pierre Véron, « Courrier de Paris » (extrait), Le Monde illustré, n° 1330, 23 septembre 1882, p, 194

[button link= »http://librairie.publie.net/fr/ebook/9782814506886/le-raccommodeur-de-cervelles » round= »yes » size= »normal » color= »red » flat= »no » ]Lire Le Raccommodeur de cervelles et autres nouvelles[/button]

Image : anatomicalprints.com

Roxane Lecomte
Plus connue sur la toile sous le nom de La Dame au Chapal, co-fondatrice du studio ebook Chapal&Panoz, arrivée chez Publie.net fin 2011, est responsable de la fabrication papier et numérique, du graphisme et des sites, est passionnée de littérature populaire et d'albums jeunesse, est en perpétuelle vadrouille, et ne cesse de répéter aux guerriers du papier et du numérique : « Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse ». On la retrouve sur son site.

Un commentaire sur “Pierre Véron — Une consultation médicale en l’an 2000, (1882)

Laisser un commentaire