LA FIN DU MONDE Nouvelle posthistorique Caressant sa longue barbe blanche, le non-Dieu regardait la Terre : il souriait. C’était en l’an 3000. Les hommes étaient heureux. Plus de frontière ; partant, plus de guerre, plus de service militaire : le monde entier ne formait plus qu’une vaste République universelle. Plus d’églises, plus de curés ; partant, plus de haines religieuses. Tous les humains adoraient Dieu, mais simplement, directement, sans culte extérieur. Les maladies étaient devenues fort rares, car dès leur naissance les enfants des hommes étaient prémunis contreContinuer la lecture « La Fin du monde | Jean de Polane »

Et le monde finira par le feu De toutes les questions qui intéressent l’homme, il n’en est pas de plus digne de ses recherches que celle des destinées de la planète qu’il habite. La géologie et l’histoire nous ont appris bien des choses sur le passé de la Terre : nous savons au juste, à quelques millions de siècles près, l’âge de notre globe ; nous savons dans quel ordre les développements de la vie se sont progressivement manifestés et propagés à sa surface ; nous savons àContinuer la lecture « La fin du monde, Mérinos (Eugène Mouton), 1872 | Partie 1 »

  Marcel Schwob La mort d’Odjigh in Le Roi au masque d’or ( 1893)   À J.H. Rosny Dans ce temps la race humaine semblait près de périr. L’orbe du soleil avait la froideur de la lune. Un hiver éternel faisait craqueler le sol. Les montagnes qui avaient surgi, vomissant vers le ciel les entrailles flam­boyantes de la terre, étaient grises de lave glacée. Les contrées étaient parcourues de rainures parallèles ou étoilées ; des crevasses pro­digieuses, soudainement ouvertes, abîmaient les choses supérieures avec un effondrement,Continuer la lecture « La mort d’Odjigh — Marcel Schwob (1893) »